• background rays
Comment agissent les protéines
Comment agissent les protéines ?

Toutes les espèces animales se nourrissent d’aliments composés d’un mélange des trois seuls nutriments connus : les protéines, les lipides et les glucides. Mais pour chaque espèce, il existe une proportion idéale et spécifique de ces trois nutriments. Chez l’homme elle est schématiquement de 5-3-2, soit 5 parts de Glucides, 3 parts de Lipides et 2 parts de Protéines, composition assez proche de celle du lait maternel. Lorsque la composition du bol alimentaire respecte ce nombre d’or spécifique, l’assimilation des calories dans l’intestin grêle s’effectue alors avec une efficacité maximum et son rendement est tel qu’il peut faciliter la prise de poids. À l’inverse, il suffit de modifier cette proportion optimale pour perturber l’absorption des calories et réduire d’autant le rendement des aliments. Sur le plan théorique, la modification la plus radicale qui puisse se concevoir, celle qui réduirait le plus intensément l’absorption des calories, serait de restreindre l’alimentation à la consommation d’un seul nutriment. En pratique, bien que cela ait été tenté aux États-Unis pour les glucides (régime de Beverly Hills ne fournissant que des fruits exotiques) et avec les graisses (régime Esquimau), l’alimentation réduite aux seuls sucres ou aux seules graisses est difficilement réalisable et lourde de conséquences sur la santé. L’excès de sucres faciliterait l’apparition du diabète et l’excès de graisses, en dehors de l’écœurement inévitable, constituerait un risque majeur d’encrassement du système cardio-vasculaire. De plus, l’absence de protéines indispensables à la vie obligerait l’organisme à les prélever sur ses réserves musculaires.

L’alimentation limitée à un seul nutriment n’est donc concevable que pour les protéines, solution à la fois acceptable sur le plan gustatif, évitant le risque d’encrassement artériel et qui, par définition, exclut toute carence protidique.
Lorsque l’on parvient à instaurer une alimentation limitée à l’unique nutriment protéique, l’organe assimilateur a le plus grand mal à travailler sur un bol alimentaire pour lequel il n’est pas programmé et ne peut profiter pleinement de son contenu calorique. Il se retrouve dans la situation d’un moteur «2 temps» de scooter ou de bateau conçu pour fonctionner avec un mélange d’essence et d’huile que l’on tenterait d’utiliser avec de l’essence pure et qui, après avoir pétaradé, s’étoufferait faute de pouvoir utiliser son carburant. De la même manière, lorsque l’organisme se nourrit d’aliments à très forte composante protéique, il se contente de prélever les protéines indispensables à sa survie et à l’entretien prioritaire de ses organes (muscles, globules, peau, cheveux, ongles) et utilise mal et peu le reste des calories fournies.

Certains Mots Cls


kinésiologie pour maigrir.

Vous aimerez aussi -