• background rays
Comment marcher au cours de 4 phases du régime
Comment marcher au cours de 4 phases du régime

Vous aurez compris en lisant les pages précédentes pourquoi je vous incite à marcher et à protéger cette activité naturelle sans laquelle vous perdez une partie de votre humanité, ce qui, de près ou de loin, réduit l’amplitude de votre accès à l’épanouissement. Dans le cadre du régime, la marche doit être associée au régime en prenant en compte la spécificité et la mission propre de chacune de ses phases. Dans la phase d’attaque dont la durée varie de 2 à 7  jours, voire à 10 jours dans certains cas, la marche est pratiquement la seule activité prescrite possible qui permet de maximiser les résultats sans entraîner de fatigue et sans augmenter l’appétit. En phase d’attaque, la mission est de démarrer en flèche et d’obtenir une perte de poids suffisamment foudroyante pour asseoir la motivation. Dans un tel contexte d’effort, je prescris la marche à la dose de 20 minutes par jour. Sauf habitude et affinités antérieures particulières, il n’est pas recommandé d’en faire plus ni moins.

En général, 2 jours de PP entraînent une perte moyenne de 800 g à 1 kg et 1,2 kg avec l’ajout de la marche. Pour les personnes obèses, surtout si elles ont des hanches, des genoux ou des chevilles fragiles, je conseille de fragmenter cette marche en deux doses de 10 minutes chacune. En phase de croisière, la mission est de poursuivre la perte de poids contre vents et marées face à un corps qui, surpris par l’attaque, tente de se ressaisir et de résister. Pour lutter contre ce risque, je prescris la marche à la dose de 30 minutes par jour. Au cours de cette phase, la marche est particulièrement indispensable. Oui, il pourrait faire froid. Oui, le temps pourrait sembler vous manquer, passez outre et allez marcher, je peux vous assurer que le bénéfice escompté dépasse de très loin ce que vous pouvez imaginer. Au cours de cette phase, inévitablement, il arrivera des moments où, à régime égal, votre corps, freinant
des quatre fers, parviendra à réduire puis arrêter votre perte de poids, c’est ce que tous les régimeurs appellent « la stagnation ». Pour celles et ceux qui ont besoin du message rassurant de leur balance pour doper leur motivation et occulter lassitude et frustration, cette interruption interpelle puis questionne puis déstabilise et peut parfois conduire à l’abandon et à l’échec. En cas de stagnation non méritée et non expliquée par une cause parfaitement identifiée comme une forte rétention d’eau, une insuffisance thyroïdienne, un déséquilibre hormonal ou une prise de
médicaments grossissants (cortisone, antidépresseurs…), il convient, pour une durée de 4 jours, de passer de 30 à 60 minutes de marche par jour. Il est possible de fragmenter cette heure de marche en deux périodes de 30 minutes.

En phase de consolidation, la mission est de passer par un sas de transition entre le tout-régime et le nonrégime. Certains attendaient ce moment avec impatience, les plus nombreux sont ceux qui redoutent l’ouverture du régime et la réintroduction d’aliments qu’ils craignent de voir perturber leur acquis. Je suis toujours étonné de voir ces femmes et ces hommes qui furent de gros mangeurs ou des mangeurs désordonnés me demander pourquoi ils devraient sortir de ce cadre rassurant des protéines et des légumes où ils détenaient un territoire limité mais parfaitement affiché et hautement sécurisés où ils n’avaient pas à souffrir de la tentation. Parce qu’il faut retrouver sa spontanéité alimentaire et devenir alimentairement adulte. En consolidât ion, je prescris la marche à la dose de 25 minutes par jour et non négociable. C’est une période très importante, au terme de laquelle non seulement l’objectif poids aura été atteint mais sera consolidé, marcher est de toute première importance, faites-le.

En phase de stabilisation, la mission est de reprendre le cours de la vie quotidienne sans jamais plus regrossir. Ce « Jamais plus » impose une prescription minimale mais elle aussi tout aussi définitive. Certes, le mot « définitif » est un mot inquiétant mais je peux vous assurer que quiconque occulte sa prédisposition à grossir à l’origine du surpoids initial retrouvera ce surpoids. Maigrir ne modifie pas le corps qui a maigri. Pour protéger le poids conquis, il faut le vouloir, accepter de voir dans le régime de consolidation entièrement déployé une base alimentaire de sécurité, un regroupement de repères composant une alimentation saine, frugale mais hautement sécurisée. À partir de cette base, tout le reste est soumis à la spontanéité alimentaire à l’exclusion de trois mesures qui dressent un rempart de
sécurité et de non-retour. Vous les connaissez mais il est toujours bon de rappeler les essentiels : le Jeudi Protéines, l’abandon des ascenseurs et les trois cuillers à soupe de son d’avoine. Et dans cette phase que je considère de très loin
comme la plus importante, je prescris la marche à la dose de 20 minutes par jour. C’est peu, c’est très peu car c’est le seuil de l’humanité corporelle en deçà duquel on perd de son humanité. Un grand mot mais une réalité qui se traduit par des réactions indirectes et lointaines mais gravissimes car menaçant de restreindre l’accès à l’épanouissement et au bonheur.

Certains Mots Cls


proteine de soja texture et regime,plan hache au boeuf,content.

Vous aimerez aussi -