• background rays
Deux portions de féculents par semaine

Jusqu’à présent, les aliments réintroduits étaient autorisés quotidiennement. Avec les féculents puis avec les repas de gala, la fréquence va devenir hebdomadaire. D’autre part, pour ces deux nouveaux éléments de grande portée, il vous faudra distinguer deux parties dans cette phase de consolidation. Après avoir calculé sa durée sur la base de 10 jours par kilo perdu, divisez cette phase en deux parties égales : la première partie et la seconde. Dans la première, vous aurez droit à une portion de féculents par semaine, dans la deuxième deux portions, ce qui évitera le risque d’un accès trop abrupt aux aliments riches en sucres. Revenons à nos féculents. Longtemps, on a réservé ce terme à la pomme de terre, mais une dérive sémantique a fait de cette famille un fourre-tout où l’on trouve tout autant les tubercules comme la pomme de terre que les farineux comme le pain ou les pâtes ainsi que les céréales comme le riz ou le maïs. Mais pour nous, dans cette phase de consolidation où la prudence est de règle, tous les féculents ne se valent pas et je vous les proposerai ici dans un ordre d’intérêt décroissant.

• Les pâtes alimentaires représentent le féculent le mieux adapté à notre propos du moment, car elles sont fabriquées à partir de blé dur dont la texture végétale est très résistante, bien plus que celle du blé tendre ou du froment. Cette résistance physique à la désintégration ralentit sa digestion et l’absorption de ses sucres. De plus, les pâtes sont des aliments appréciés de tous les publics et rarement associés à la notion de régime, ce qui gratifie et conforte l’obèse sortant de longues restrictions. Enfin et surtout, les pâtes sont des aliments consistants et rassasiants. Leur seul défaut réside dans leur préparation qui incorpore du beurre, de l’huile ou de la crème et de surcroît du fromage, habituellement du gruyère, ce qui double leur valeur calorique. Prenez donc des pâtes, une portion correcte de
220 grammes, mais évitez de les graisser et préférez une bonne sauce tomate fraîche avec oignons et aromates. Si vous êtes pressé, vous pouvez utiliser un coulis ou des tomates concassées en boîte. Quant au fromage, évitez le gruyère, trop gras et dont la fadeur oblige à forcer sur les quantités. Vous avez droit à un voile de parmesan, bien moins riche et de goût plus corsé; les Italiens ne s’y trompent pas.

• La semoule de couscous, la polenta, le boulgour et les grains de blé entiers plus connus sous leur nom de marque Ebly sont autorisés à raison d’une ration de 200 grammes deux fois par semaine. Ils proviennent, eux aussi, du blé dur et jouissent de ce fait des mêmes propriétés que les pâtes. Ces aliments sont en général moins connus et moins utilisés car provenant de cultures étrangères. Le couscous est souvent et à juste titre considéré comme un aliment de confection complexe et longue et réservé au restaurant. C’est se priver inutilement d’un précieux aliment très favorable à la stabilisation. Pour le préparer rapidement, mettez la semoule dans un récipient non métallique et ajouter de l’eau aromatisée avec un cube pot-au-feu jusqu’à la noyer et dépasser son niveau d’un bon centimètre. Laissez la graine s’imbiber et gonfler pendant cinq minutes. Puis mettez le tout au micro-ondes pendant une
minute, sortez-le et peignez la graine à la fourchette pour éviter les grumeaux et repassez au microondes pendant une autre minute, et le tour est joué. N’ajoutez pas de matières grasses, le cube pot-au-feu suffit. Ne consommez pas de couscous au restaurant car la graine y est habituellement noyée dans le beurre. Polenta italienne ou corse, boulgour libanais et Ebly sont autorisés dans des rations et des préparations similaires.

• Les lentilles représentent un autre féculent de choix, l’un des sucres les plus lents de la création. Malheureusement, elles nécessitent un certain temps de préparation, ne sont pas unanimement appréciées et, pire, bien souvent mal tolérées car réputées responsables de flatulences. Mais pour ceux qui les apprécient et les tolèrent, c’est un excellent aliment de stabilisation très rassasiant. Chaque portion donne droit à 220 grammes de lentilles selon le stade de la stabilisation. Ici non plus, pas de matières grasses, mais de la tomate, des oignons et des aromates. Les autres légumineuses méritent les mêmes mentions et sont autorisées dans des rations de même ordre de grandeur et des préparations dépourvues de matières grasses. Les flageolets, les pois secs, pois cassés, pois chiches appartiennent
à cette grande famille qui trouve peu d’adeptes car ils sont en général encore plus mal supportés que les lentilles mais sont, sur le plan nutritionnel, d’excellents aliments.

• Le riz et les pommes de terre sont aussi autorisés mais, comme vous le constatez, ces deux féculents sont classés en fin de liste et sont donc à consommer occasionnellement en accordant la priorité à tous ceux qui les précèdent. Le riz est à consommer de préférence complet sauf si vous êtes au restaurant japonais ou chinois et sans matières grasses en le choisissant parmi ceux qui ont la saveur la plus développée, tels le Basmati, le riz sauvage ou le riz complet d’assimilation ralentie par ses fibres. Chaque portion donne droit à 150 g de riz blanc ou 220 g de riz complet pesé cuit. Quant à la pomme de terre, elle est à consommer en robe des champs ou en papillote dans son habit d’aluminium, sans adjonction de matières grasses. La frite, ou pire la chips, est l’un des rares aliments que je vous conseille d’oublier car, non seulement ils sont gorgés d’huile et de calories, mais ce sont des aliments dangereux sur le plan de la prévention des maladies cardio-vasculaires et du cancer.

Certains Mots Cls


kinésiologie pour maigrir.

Vous aimerez aussi -