• background rays
Le risque d'enlisement la stagnation imméritée

Il y a dans mon régime, comme dans n’importe quel affrontement, un moment difficile où le risque d’échec est plus grand qu’à tout autre : c’est celui qui survient en phase 2, la phase de croisière. L’attaque, brève et foudroyante, a trouvé un corps naïf qui s’est laissé surprendre et a perdu sans réelle résistance les « kilos faciles » et de l’eau stagnante. La phase suivante trouve un corps aguerri et fermement décidé à défendre ses réserves. C’est là, au cours de cet affrontement, que se livrent les luttes difficiles où la victoire incertaine change de camp facilement. « Je perds 800 g, j’en reprends 600, le lendemain, tout revient puis repart et rien n’y fait, je désespère, que faire ? » Ce sont ces moments à risque où les efforts ne sont pas récompensés que mes patientes appellent « stagnation ». Les raisons de la stagnation sont multiples et disparates. On trouve déjà les patientes qui font des erreurs de régime sans le savoir ou sans le préciser dans leur compte rendu du soir. D’autres attendent leurs règles et retiennent suffisamment d’eau pour camoufler leur perte de poids. D’autres mangent trop salé ou ne boivent pas assez d’eau ou abusent d’eau pétillante riche en sodiurm. D’autres encore utilisent des anti-inflammatoires, pour un rhumatis-
me ou une douleur vertébrale, ou sont sous antidépresseurs ou pire, sous neuroleptiques. Il y a aussi celles qui ont fait tant de régimes, ont perdu et repris du poids tant de fois q|ue leur métabolisme est devenu extrêmement économe et leur corps résistant aux régimes. Il y a des femmes que le régime constipe et qui grossissent passagère-
ment de ne pas éliminer suffisamment. Il y a les femmes en préménopause, le moment le plus critique pour le poids et où la rétention est couplée à des freins métaboliques, puis la iménopause confirmée avec un traitement hormomal mal suivi. Enfin, la terreur des régimes, la raison des stagnations les plus farouches et longues : la paresse thyroïdienne qui interdit toute progression et qu’il faut très vite diagnostiquer sous peine d’échec.

Vous voyez Ml y a tant et tant de causes qui peuvent participer à geler la perte de poids. Et c’est là, dans ces moments à haut risque de rupture ou d’abandon, qu’une oreille qui écoute est bienvenue, une voix qui rassure et apporte le
conseil qui sera suivi. Le coachimg et son suivi personnalisé trouvent là leur meilleure raison d’être. Il faut identifier la cause de cette stagnation dérangeante, l’expliquer, la faire comprendre et admettre, fixer une date, un délai qui permette d’attendre, et pendant ce temps, mettre tout en place pour réenclencher les rouages du maigrir. Repasser en attaque quelques jours, augmenter ou réduire les boissons selon le cas, interrompre momentanément les aliments ttrop salés, bouger plus, injecter 20, 30, 40, 50 ou 60 minutes de marche, corriger la constipation avec de l’huile de
paraffine, de la rhubarbe ou de l’Hépar fraîche à jeun, adjoindre des séances d’abdominaux. Pendant la stagnation, l’horrible stagnation désespérante, il faut savoir apprivoiser le temps qui passe pour en faire un ami. Mais oui, dans ces moments difficiles, comprendre que ne pas grossir est déjà en soi un exploit. Face à un corps qui résiste autant, s’abandonner à un écart lui permettrait de reprendre l’avantage au moment même où lui-même était si près de lâcher ! « Faites trois jours de PP parfaitement suivis et revenez dans deux jours après la pesée me donner des bonnes nouvelles. » Voilà le type de message qu’une personne installée dans le doute et soumise à tentation attend :
une promesse, une étape, un jalon, un espoir et un ton qui affirme et rassure à la fois. Passé la stagnation, qu’il est beau le sourire d’une femme qui vient vous remercier, qui n’y croyait plus et qui, soudain, voit l’aiguille de la balance descendre d’un cran !

Certains Mots Cls


kinésiologie pour maigrir.

Vous aimerez aussi -