• background rays
Les protéines en poudre
Les protéines en poudre

Jusqu’à présent, lorsque je vous parlais de protéines, il s’agissait d’aliments naturels. Mais, à part le blanc d’œuf, aucun de ces aliments n’était, au sens propre du terme, une protéine pure. Tous nos efforts se portaient donc sur la sélection ayant la meilleure teneur en protéines. Or, depuis quelques années, l’industrie alimentaire nous propose des protéines en poudre proches de la pureté absolue. En théorie, ces préparations en sachets ont de quoi nous séduire, mais en pratique nous allons voir que leur utilisation présente leurs inconvénients, souvent majeurs, éclipsant leurs avantages. Quels sont les avantages et les inconvénients des protéines en poudre ?

• Les avantages. L’avantage des protéines en poudre réside dans leur pureté. Ce fut longtemps l’avantage mis en avant par les laboratoires qui les ont commercialisées. Dans les faits, cet avantage n’est pas significatif. Au cours des deux premières phases de mon plan et jusqu’à l’atteinte du Juste Poids, la pureté absolue de ces poudres n’offre pas d’avantage décisif sur l’aliment protéine, ni en termes de durée ni en perte de poids. En phase de stabilisation définitive, lorsque le régime n’occupe qu’une seule journée par semaine, leur utilisation peut avoir un sens pour renforcer l’impact du Jeudi protéine mais là encore, c’est loin d’être indispensable De plus, la présentation en poudre fournit l’avantage d’être propre, facile à transporter et à utiliser en n’importe quelle situation pour ceux qui ont une vie professionnelle chargée ou irrégulière, et qui ne peuvent pas toujours se mettre à table aux heures normales de repas.

• Les inconvénients.
L’inconvénient premier et majeur des protéines en poudre réside dans le fait que ce sont des aliments artificiels. Dans des conditions de vie normales, l’être humain n’est pas un animal biologiquement programmé pour se nourrir de poudre. Nos organes des sens, visuels, tactiles, olfactifs et gustatifs, ainsi que les centres cérébraux qui gèrent la satiété et la récolte du plaisir de bouche nous portent spontanément à nous nourrir d’aliments qui ont une appa-
rence, un goût, une odeur et une consistance particuliers. Des aliments tout simplement humains ! Et quand je dis humain, ce n’est pas un mot en l’air ou une posture intellectuelle, philosophique ou morale mais par souci d’efficacité.
L’occasion est bonne de vous exposer brièvement l’analyse des raisons de la crise actuelle du surpoids telle que j’ai pu la dégager de trente ans d’expérience et de pratique de terrain. Oui, on grossit de trop manger et de ne plus assez bouger. Mais que dit-on quand on a dit cela ? Nous sommes tous exposé à l’abondance de l’offre alimentaire et à la tentation de la sédentarité. Pourquoi dès lors, 40 millions de Français sur 60 échappent au surpoids alors que 20 autres s’y enfoncent. Oui, nous savons comment on grossit mais seul le pourquoi a du sens. Pourquoi, un tiers des Français mangent trop et ne bougent pas assez et grossissent tout en le détestant.

Et bien, je vais peut-être vous surprendre mais c’est ce que je crois vraiment pour le constater chaque jour et pratiquement pour chaque patient qui me consultent. 20 millions de Français grossissent parce qu’ils ne parviennent pas à s’adapter à la difficulté bien réelle du mode de vie actuel. Un mode de vie rapide, riche, confortable mais qui n’offre plus à ce tiers de la population la dose suffisante de plaisir de vivre, de contentement et d’épanouissement.
Passagère ou ancienne, conjoncturelle ou structurelle cette carence en plaisir authentique affecte la qualité du vécu de 20 millions de Français trouvant dans l’alimentaire un exutoire d’une extrême efficacité. Et dans ce qui participe de leur insatisfaction et de leur difficulté à s’adapter au mode de vie actuel, il y a la perte de naturel, d’instinct, d’humain. Et nous revoilà revenus à ces poudres qui nous proposent un pas de plus dans l’artificiel, dans un domaine
fondamentalement instinctif et investi de la plus forte charge émotionnelle avec l’orgasme sexuel : l’alimentation.
Une poudre blanche, même édulcorée et aromatisée, n’émet aucun des stimuli capables de nous émouvoir. Se nourrir, c’est peut-être ingérer une certaine quantité d’énergie et de nutriments, mais c’est surtout, et de plus en plus avec le besoin de compenser le stress de la vie moderne, le besoin de prendre un plaisir basique fourni par nos organes sensoriels satisfaits et nos instincts. Tous les nutritionnistes savent, pour l’avoir appris à leurs dépends, que des cures prolongées de protéines en poudre produisent, à distance, d’inévitables poussées de boulimie réactionnelle, état instable par excellence qui exclut tout espoir de stabilisation.

Pour cette raison profonde et fondamentale, ce type d’alimentation ne peut et ne doit être qu’occasionnel. Je ne ferai ici qu’évoquer les autres incovénients car ils ne sont que techniques et ne s’adressent qu’aux inconditionnels de ces poudres et des néophytes persuadés par la publicité qu’ils maigriront très vite, ce qui est vrai, mais ils regrossiront encore plus vite et auront dérouté à jamais leur pondérostat.
• Le premier inconvénient est le prix. Maigrir avec des sachets revient très cher.
• Le second inconvénient : leur inégale pureté et leur inégale qualité. Il faut éviter les protéines végétaies souvent incomplètes et s’en tenir au protéines de lait ou de blanc d’œuf. De plus, ne pas confondre protéines pures et substituts de repas dont la répartition des protéines, lipides et glucides est semblable à celle de n’importe quel repas traditionnel, le plaisir en moins.
• Le troisième inconvénient : leur manque total de fibres, générant une constipation préoccupante. En conclusion, pour maigrir et en usage prolongé, les protéines en poudre présentent un nombre considérable d’inconvénients et des plus sévères. En usage ponctuel ou occasionnel, elles peuvent s’avérer utiles pour se substituer à plus menaçant
qu’elles, remplacer avantageusement un repas à haut risque, un repas sauté ou même un sandwich de fastfood.

• Le refus de l’ascenseur
Cette consigne fait partie intégrante de mon plan de stabilisation. Quiconque, surtout s’il a perdu un grand nombre de kilos et sait que cette entreprise lui a coûté beaucoup d’efforts et lui a rapporté de grandes satisfactions, doit accepter cet investissement simplissime, celui de ne plus utiliser les ascenseurs. À l’heure où l’on vend des stepper coûteux, où le coût des cotisations des salles de gym peut grever des budgets, pourquoi ne pas considérer ses escaliers comme un petit exercice gratuit et inclus dans les activités utilitaires du quotidien. Là encore, il est conseillé un peu partout sur le ton de la bonne astuce de magazine de grimper ses escaliers à pied ; j’ai pris l’habitude de le prescrire sur mes ordonnances à en-tête et je constate que c’est infiniment plus efficace. Monter ou descendre des escaliers est une activité qui sollicite la contraction des plus gros muscles de l’organisme et consomme en peu de temps un nombre considérable de calories. De plus, elle permet au cœur du citadin sédentaire de changer régulièrement de rythme, excellente opération de prévention de l’infarctus. Mais cette consigne, par-delà le dessein d’instituer un fond de combustion calorique durable, cache un autre sens plus profond. Elle permet de tester, plusieurs fois par jour, la détermination à ne plus regrossir. Au bas d’un escalier, à égale distance de la porte de l’ascenseur et des premières marches, tout candidat à la stabilisation se retrouve symboliquement face à un choix lui permettant de mesurer cette
détermination. Prendre à pleine main la rampe et grimper avec enthousiasme est un choix simple, utile et logique,
une sorte de clin d’oeil que m’adressera mon lecteur pour me signifier qu’il croit à mon plan, qu’il
lui sert et lui convient. Choisir l’ascenseur en prétextant un retard ou un panier un peu lourd, c’est signer le début d’un relâchement qui ne peut que s’étendre. Un plan de stabilisation dans lequel on n’accepte pas d’injecter sa modeste part d’investissement est voué à l’échec. Optez donc résolument pour l’escalier.

Certains Mots Cls


kinésiologie pour maigrir.

Vous aimerez aussi -