• background rays
Les-quatre-zones-vulnérables-dun-corps-qui-maigrit
Les quatre zones vulnérables d’un corps qui maigrit

Au-delà d’une perte de 8 kilos, une course de vitesse s’engage entre la graisse qui s’élimine et la peau qui se rétracte. En fait, la graisse fond plus vite que la peau ne peut se resserrer, l’enveloppe n’est pas assez rétractile pour son contenu. Et cette difficulté d’ajustement est encore plus notable dans les zones où la peau est la plus fine ou la plus sollicitée. Ainsi il existe quatre territoires où les femmes se plaignent le plus souvent d’une perte d’élasticité et d’un excès de peau :

• Le ventre relâché et bedonnant. Lorsque vous maigrissez, la perte de poids et de tissu adipeux intéresse tout autant l’extérieur que l’intérieur, la couche de gras posée sur les muscles abdominaux et la graisse intérieure qui entoure les viscères. Lorsque la graisse interne fond, les muscles s’en trouvent moins tendus et le ventre paraît relâché et saillant. Et lorsque la graisse externe fond, c’est la peau qui est moins ferme. Après amaigrissement, la peau se rétracte, mais si lentement qu’il lui faut six mois pour atteindre sa meilleure tonicité. Au-delà, il ne faut plus espérer d’amélioration mais il ne faut rien tenter de radical avant. Quant à l’aspect bedonnant de l’abdomen, il est dû au relâchement de la paroi musculaire. Pour la tonifier et retrouver un ventre plat et musclé, il faut travailler la sangle abdominale avec les classiques exercices d’abdominaux. Il en existe un très grand nombre, trop pour l’utilisateur non averti. J’ai créé le mien, je n’en propose qu’un, il suffit mais il doit impérativement être pratiqué chaque jour.

• La face arrière des bras. Ce sont essentiellement les femmes qui avaient de gros bras avant de maigrir qui se plaignent de leur ramollissement. Après amaigrissement, les bras sont moins volumineux mais la peau n’a pas suivi et la partie arrière du bras pend. Là encore, j’utilise un seul et unique mouvement afin de simplifier et clarifier la consigne.

• Les fesses ramollies et tombantes. Les fesses de femme sont naturellement habitées pour moitié par de gros muscles porteurs et pour moitié par un épais coussin de graisse facilitant à la fois la signalisation sexuelle et le confort de la position assise. La citadine sédentaire affiche une atrophie de ses muscles fessiers et lorsqu’elle maigrit perd très vite
son coussin adipeux. Elle se retrouve avec des fesses molles et pendantes qui lui font perdre une grande partie de son sex-appeal. Pour ce cas si fréquent, j’utilise un mouvement complet, unique mais suffisant.

• Les cuisses détendues. Ce ramollissement concerne surtout les femmes gynoïdes grossissant du bas du corps, hanches, cuisses et genoux. Lorsque la perte de poids est importante, les cuisses amaigries sont moins fermes et leur revêtement cutané bien moins tendu. Ici aussi, je prescris un mouvement unique capable à lui seul de déveloper la masse du quadriceps, le plus gros muscle de l’organisme, et de retonifier en profondeur le galbe je la cuisse.

Certains Mots Cls


proteine de soja texture et regime,plan hache au boeuf,content.

Vous aimerez aussi -