• background rays
Pour maigrir durablement, il faut apprendre à compenser sur d'autres canaux, ne pas se conten- ter de l'aliment. Diversifier sa récolte de plaisir, en trouver d'autres qui ne sont pas grossissantes.
Pour maigrir durablement, il faut apprendre à compenser sur d’autres canaux, ne pas se conten- ter de l’aliment. Diversifier sa récolte de plaisir, en trouver d’autres qui ne sont pas grossissantes.

Perdre du poids est rarement une épreuve simple et facile. Pour la grande majorité, c’est un déplaisir, une épreuve, le renoncement à une source de plaisir qui aidait à vivre. Ce n’est ni le lieu ni le moment de vous parler ici de ma théorie du bonheur et des moyens nécessaires pour le comprendre et le faire naître. Elle est née de ma fréquentation amicale de tant de patients qui me parlent de leur vie sans appréhension, sachant que je ne suis pas auprès d’eux pour les juger mais pour les aider. Au fil des années, j’ai constaté que le surpoids était une stratégie de récolte de plaisir mise en place instinctivement pour pallier une insuffisance passagère ou durable de satisfaction, ou un trop-plein d’insatisfaction. Et c’est par ce biais que j’ai été conduit à pister, tel un enquêteur rrupuleux, ce qui manquait si cruellement dans sa vie de mes patients pour qu’ils aillent en chercher un substitut dans l’aliment, même s’ils
savaient parfaitement que cela les conduirait à grossir. J’ai dénombré 10 grands vecteurs d’épanouissement, 10 grandes avenues qui, ouvertes, convergent vers le bonheur. À l’état de nature, ce sont des besoins, qui s’imposent à nous avec la puissance de l’instinct. Manger, avoir un partenaire sexuel avec lequel trouver du plaisir, l’aimer
et fonder avec lui une famille, trouver sa place et son utilité au sein de son groupe. Voilà les 3 premiers. Les 7 autres sont tout aussi naturels, mais tous ces besoins inscrits en nous ont été modifiés par la culture, et il nous est chaque jour de plus en plus difficile de les retrouver tant nous sommes assaillis et égarés par de faux besoins et des distractions ne nous offrant que des satisfactions de surface. C’est en analysant et en observant les modes de vie de mes patients que je me suis rendu compte que nombreux étaient ceux qui ne fonctionnaient qu’avec un nombre extrêmement réduit de ces grands vecteurs naturels d’épanouissement.

Un divorce, une retraite non compensée, voilà deux exemples de portes fermées. J’ai pris l’habitude en interrogeant mes patients d’utiliser une grille de lecture passant en revue leurs 10 accès naturels à l’épanouissement. Et j’ai constaté qu’un grand nombre d’entre eux n’en utilisaient qu’un nombre extrêmement réduit, et que plus ce nombre était limité, plus ils empruntaient celui de l’alimentaire et plus ils grossissaient. J’en ai tiré une loi de « conversion des plaisirs » ; elle repose elle aussi sur la structure et le mode de fonctionnement du cerveau. Je vous promets que si le surpoids m’en laisse le temps, je ferai un livre de cette approche biologique du bonheur, concrète et surtout ouverte sur des solutions.

Mais pour l’instant, j’aimerais porter votre attention sur un de ses points qui peut vous intéresser, car le surpoids entre dans le champ d’action du bonheur. C’est souvent l’absence d’épanouissement qui conduit au surpoids et c’est ce même surpoids installé qui, à son tour, bride l’épanouissement.

Certains Mots Cls


proteine de soja texture et regime,plan hache au boeuf,content.

Vous aimerez aussi -