• background rays
Pratique du jeudi protéine
Pratique du jeudi protéine

Choix des aliments:

 

• Les viandes maigres. Vous savez déjà que le porc et l’agneau sont des viandes bien trop grasses pour être classées dans les protéines pures. Parmi celles qui étaient autorisées, il convient d’accorder la meilleure mention à la viande de cheval. C’est probablement la viande la plus saine et la plus maigre qui puisse se vendre en boucherie. Hélas, cette viande est devenue très rare et de moins en moins utilisée. Suit de près la viande de veau qui fait aussi partie, pour ses morceaux à griller, des viandes maigres. L’escalope en est le morceau le mieux adapté au jeudi protéine. Le rôti de veau est autorisé, à condition d’être bien cuit. La côte de veau, plus grasse, sera consommée les autres jours de la semaine.
Le bœuf fournit une viande dont la teneur en matières grasses varie beaucoup selon les morceaux. En dehors des morceaux très gras du pot-au-feu, les plus gras sont sans conteste l’entrecôte et la côte de bœuf, qui n’entrent pas dans le cercle restreint des protéines pures.

Le steak et le filet sont probablement les morceaux les plus maigres de cet animal. Il existe même des steaks hachés congelés qui affichent 5 % de MG. Tous ces morceaux sont à utiliser sans arrièrepensée le jeudi. En revanche, le faux-filet, le contre-filet, l’araignée et la bavette, légèrement plus gras mais autorisés dans le régime protéines standard, seront de ce fait évités le jeudi. Il faut aussi savoir que, ce jour-là, le bœuf gagne à être suffisamment cuit, ce qui n’altère pas la qualité de ses protéines, mais élimine une part accrue de sa graisse.

• Les poissons et fruits de mer. Dans le régime des protéines pures standard, je vous avais autorisé tous les poissons, des plus maigres aux plus gras. J’ai au fil du temps accepté ces animaux à chair grasse car les poissons bleus des mers
froides, saumon, sardine, maquereau et thon, sont des aliments appréciés, doués d’un immense pouvoir de protection du cœur et des vaisseaux, et dont la teneur en matières grasses n’excède pas celle d’un faux-filet. Cependant, cette même teneur en matières grasses, acceptable en période de régime continu, ne peut plus l’être lorsque le jeudi protéine reste la seule digue de protection. Si vous prenez du saumon, ne dépassez pas 200 gr par repas si vous le consommez frais et 150 gr s’il est fumé. En revanche, le jeudi, le poisson blanc est votre meilleur allié.
En dehors des préparations classiques du poisson comme le court-bouillon, la papillote, la cuisson au four, le grill ou la poêle, une recette simple et originale consiste à le manger cru. Le mérou, la lotte, la daurade ou le lieu noir se prêtent à merveille à ce mode de préparation. Marines quelques minutes dans du citron, en tranches fines ou en
petits cubes, salés, poivrés et parfumés d’herbes de Provence, ils constituent une entrée originale, fraîche et savoureuse.

Le turbot, le rouget et la raie sont les poissons blancs les plus gras mais infiniment moins que le plus ascétique morceau de viande. C’est dire que vous pouvez consommer du poisson blanc sans aucune appréhension.
Le crabe, le tourteau, les crevettes, les moules, les huîtres, les coquilles Saint-Jacques sont encore plus maigres que le poisson. Un plateau de fruits de mer peut être d’un grand secours et vous sortir d’embarras si vous êtes contraint, un jeudi, d’accepter une invitation inopinée au restaurant. Cependant, si vous êtes amateur de fruits de mer, et que vous les appréciez en grandes quantités, évitez les huîtres très grasses, comme les Spéciales de grande dimension. Le jeudi, optez plutôt pour les Fines de Claire, ou, si votre budget vous le permet, pour les Bêlons. Citronnez-les abondamment pour les parfumer, mais ne buvez pas leur jus.

• La volaille. La volaille, à l’exception des becs plats, canard et oie, et consommée sans peau, constitue l’une des meilleures bases du régime protéine. Lors du jeudi protéine, cette liberté diffuse doit être ceinturée de quelques précisions. Le poulet, volaille de base, reste libre mais, en plus de la peau, il y aura lieu d’éviter les ailes, le haut de cuisse et le croupion que l’on conservera pour les autres jours de la semaine. Le reste de la volaille est autorisé sans restriction. La pintade et la dinde sont les volailles les plus maigres qui existent, mangez-en librement. Le lapin
est un excellent fournisseur de protéines pures. Les cailles et le pigeon introduisent de la diversité et un air de fête dans votre jeudi protéine.

Chacun de ces animaux de basse-cour se prête à des modes de préparation différents. Le poulet gagne à être rôti au four ou à la broche. Le jeudi, privilégiez la broche et prenez la précaution de sortir le poulet de son plat pour le séparer immédiatement du jus qui l’imbibe. La dinde, le dindonneau et la pintade se cuisinent au four, arrosés fréquemment d’eau citronnée pour les séparer de leur gras. Le jeudi, on préférera la broche au faitout pour
préparer cailles et pigeon. Quant au lapin, on évitera ce jour-là la sauce à la moutarde qui était conseillée lors du régime d’attaque, mais on a toujours loisir de le préparer au fromage blanc maigre et aux aromates.

• Les œufs. Le blanc d’oeuf est l’aliment le plus riche en protéines, bien plus pur que les protéines en sachets les plus concentrées. Mais le blanc n’est qu’une partie de l’œuf, et le jaune, adapté à la croissance du jeune poussin, contient de nombreux corps gras complexes dont le plus connu est le cholestérol. L’ensemble forme un tout équilibré qui
reste utilisable le jeudi. Toutefois, pour les sujets particulièrement difficiles a stabiliser ou lorsque la semaine a été particulièrement relâchée et qu’il s’agit de donner au jeudi protéine son meilleur impact, n’abusez pas des œufs ou bien retirez le jaune et consommez autant de blancs qu’il vous plaira. Une autre solution consiste à préparer ses ome-
lettes ou ses œufs brouillés avec un jaune et deux blancs et, en cas de fringale, d’y incorporer du lait écréme en poudre. Mais sachez que toutes ces précautions seraient dépourvues de sens et ruineraient tous vos efforts si vous deviez préparer vos œufs dans du beurre ou de l’huile. Offrez-vous une poêle en sihcone de bonne marque et déposez quelques gouttes d’eau au fond avant d’y casser vos œufs.

•  Les laitages maigres. Les fromages blancs, les yaourts et les fa.sselles maigres présentent l’avantage majeur de ne contenir aucune matière grasse. Mais que reste-t-il alors dans ces aliments dont les stat.st.ques prouvent que leur consommation augmente chaque année ? On y trouve, bien sûr, les protéines du lait, celles même qui servent à fabri-
quer les protéines en poudre, mais on trouve aussi, en quantités modérées, du lactose ou sucre du lait
qui fait ici figure d’intrus.

Dans un régime amaigrissant destiné à être suivi cinq jours consécutifs et à être repris en alternance pendant des semaines ou des mois, l’expérience prouve que cette présence de lactose n’atténue pas les performances du régime des protéines pures et que les laitages maigres, seule source de fraîcheur et d’onctuosité, peuvent y être consommés sans limitation ou tout au moins sans dépasser les 700 à 800 grammes par jour. En revanche, dans un régime de stabilisation définitive qui n’intervient qu’un jour par semaine, les aliments doivent subir une sélection encore plus
fine afin de limiter l’apport de lactose. Lorsque l’on compare la composition du yaourt maigre et du fromage blanc maigre, on s’aperçoit que pour le même apport calorique, le fromage blanc apporte davantage de protéines et moins de lactose que le yaourt. Le jeudi, les amateurs de laitages maigres auront donc intérêt à privilégier les fromages blancs. Ils auront tout loisir de revenir aux yaourts les six autres jours de la semaine.

• L’eau. Ici encore, il convient de modifier les consignes du régime des protéines pures. Utilisé pour maigrir, un litre et demi d’eau par jour me semble le meilleur moyen de purifier un organisme qui brûle ses propres graisses. Lors du jeudi stabilisateur, il convient de forcer la dose et de passer à deux litres d’eau par jour. Cette mesure, réalisant une véritable inondation de l’intestin grêle, en réduit l’acidité. Diluant davantage encore les aliments, il étale et freine leur absorption et, avantage supplémentaire, accélère le transit intestinal. Ce lavage intensif associé à une concentration
maximum en protéines réalise une onde de choc dont l’effet recherché est, non seulement de paralyser la fonction d’assimilation le jeudi, mais de prolonger cet effet sur les deux à trois jours suivants, afin de réaliser une moyenne acceptable avec les trois derniers jours de la semaine où l’extraction des aliments revient à son plus haut niveau.

• Le sel. Le sel est un aliment indispensable à la vie. Notre organisme baigne dans une sorte de mer intérieure (sang, lymphe), dont la concentration en sel rappelle celle des océans. Mais le sel es! l’ennemi de celui, et davantage encore de celle qui tente de maigrir car, absorbé en excès, il risque de fixer l’eau et d’infiltrer les tissus déjà surchargés de graisse. D’autre part, un régime amaigrissant dépourvu de sel a tendance à réduire la tension artérielle et prend le risque de fatiguer s’il dure trop longtemps. Pour cela, pendant toute la période d’amaigrissement et de consolidation, mon plan n’impose qu’une simple réduction du sel. Mais, pour le jeudi stabilisateur, la consigne sera renforcée et cette journée rempart devra être plus pauvre en sel. Une restriction aussi ponctuelle sur une journée isolée n’est pas suffisante pour faire baisser la tension, mais c’est assez pour permettre à l’eau ingérée de traverser très rapidement l’organisme en l’épurant. Cette épuration des tissus intéresse tout particulièrement les femmes soumises à de fortes influences hormonales qui induisent des rétentions d’eau massives à certains moments de leur cycle. Pour les mêmes raisons, l’usage de la moutarde doit être restreint le jeudi, mais le vinaigre, le poivre, les aromates et toutes les épices sont appelés en renfort pour compenser cette réduction.

Certains Mots Cls


kinésiologie pour maigrir.

Vous aimerez aussi -