• background rays
Qui-doit-qui-peut-qui-ne-peut-pas-suivre-ma-méthode
Qui doit, qui peut, qui ne peut pas suivre ma méthode ?

Cher lecteur, lorsque vous ouvrez une boîte de médicaments, vous y trouvez également une notice réglementaire vous expliquant, outre le mode d’action et la posologie du produit, ses effets indésirables et les précautions d’emploi. C’est très exactement ce que je vais vous proposer aujourd’hui pour ma méthode dans ce petit chapitre. Ce que je peux vous dire en préalable, c’est que ma méthode n’est pas sortie achevée et définitive un beau matin de ma réflexion. Je l’ai construite patiemment sans idée préconçue, sans autre fil conducteur que la volonté de faire mieux que ce qui existait.

Pour bien comprendre ma démarche, vous devez savoir que j’ai terminé mes études secondaires sur une formation de philosophie, dont j’ai conservé la curiosité et l’esprit critique. C’est ainsi que j’ai observé le problème du surpoids autrement qu’à partir de son seul angle énergétique et matérie de simple graisse de réserve. J’ai perçu très tôt que le
surpoids était moins un problème de « nutriments que de comportements et de catégories d’aliments ». Ce qui m’importait était moins ce que l’on mettait en bouche que pourquoi on le mettait. J’ai ainsi compris, au fil des années, que si le suroids résistait à la médecine la plus efficace de tous es temps, à tous les médicaments parmi les plus agressifs, à tous les régimes proposés, à toutes les campagnes gouvernementales et sanitaires comme
à toutes les opérations commerciales soutenues par la machine publicitaire et le marketing international, c’était que derrière cette résistante et désespérante « graisse jaune et triviale » se cachait quelque chose de plus profond, de plus fondamental, quelque chose qui devait s’inscrire dans le moteur même de la nature humaine.
Vous devez vous demander où je suis en train de vous entraîner, vous qui ne cherchez peut-être rien d’autre que de perdre précisément cette seule et simplissime « graisse jaune et triviale ». Oui, je vous entraîne sur un autre niveau d’observation et de compréhension du problème du surpoids, celui où s’élabore le plaisir de vivre et plus encore l’en-
vie de vivre. Et je vous dis que si vous avez grossi, si vous avez accumulé cette graisse jaune et triviale c’est que, même si cette prise de poids vous faisait souffrir, vous n’avez pas cessé pour autant de manger trop et mal. Et je ne peux m’empêcher de penser que vous l’avez fait inconsciemment pour neutraliser une autre souffrance plus forte encore que celle de grossir. Je pense sincèrement que là est la vraie cause du surpoids aujourd’hui dans le monde et seulement de là aussi que pourront surgir la réponse et la solution. Si vous m’avez suivi, vous me demanderez certainement quelle est cette souffrance qui serait supérieure à celle de grossir ? important et profond mais pour le faire simplement sans tomber dans le simplisme, je pense qu’entre ce que nous sommes, notre nature humaine originelle inscrite dans nos gènes et la culture actuelle, entre le mode de vie de l’homme premier et celui dans lequel
nous vivons, il existe un tel écart, un tel étirement et une telle difficulté d’adaptation QUE NOUS EN SOUFFRONS. Et que pour neutraliser cette souffrance d’un genre nouveau, un adulte sur deux aujourd’hui en France mange trop ou mal et grossit.

Certains d’entre vous qui me lisent seront surpris: de l’énoncé de cette souffrance dont ils m’ont pas conscience. Ils y sont probablement accoutumés, elle est tellement partagée et inscrite dans nos habitudes que nous pouvons la méconnaître, ne pas la percevoir. Regardons de plus près. Quand un humain a de plus en plus de mal à créer un couple stable et à s’épanouir dans une relation complémentaire avec son conjoint. Quand tant de couples élèvent des enfants au sein de familles éclatées. Quand tant d’adultes sont euxmêmes ces anciens enfants bousculés. Quand il
devient pour le plus grand nombre de plus en plus rare de trouver du plaisir et du sens dans son travail. Quand l’habitat humain citadin se mesure et se paie au « mètre carré ». Quand le corps avec sa fonction d’équilibre est déserté et l’activité physique concurrencée par des robots éradiquant les tâches puis les mouvements puis les gestes. Quand le spectacle et la fréquentation de la Nature et des animaux auxquels nous sommes viscéralement attachés sont abandonnés pour des écrans et de la virtualité auxquels on nous a assujettis. Quand le besoin universel de jeu et du ludique se restreint, pour la majorité, au seul usage intrusif de la télévision. Quand enfin, le Beau, le Sacre et la spiritualité cèdent le pas à l’utilitaire, au matériel et à la consommation. Quand toutes ces sources simples et naturelles d’épanouissement, de contentement et de plaisir de vivre s’estompent, un grand nombre d’humains, sans toujours en avoir conscience, souffrent dans la profondeur de leur vie instinctive et émotionnelle. Et toujours dans l’inconscience de ces mécanismes de survie, ils s’agrippent alors à tout ce qui flotte autour d’eux pour ne pas se noyer.

Vous avez compris que l’aliment de gratification, la mise en boucne de compensation représentent aujourd’hui la bouée de sauvetage la plus facile à C’est en interrogeant longuement mes patients et en échangeant avec eux sur l’origine et les raisons de leur prise de poids que j’ai compris que ce qui était essentiel dans la compréhension du surpoids n’était pas les calories ingérées mais les comportements qui y conduisaient. Ainsi, le choix des pro-
téines comme moteur de mon régime est moins dicté par des raisons biologiques ou métaboliques, et encore moins caloriques, que comportementales.

Je m’explique.
Ce qui m’intéresse dans les protéines, c’est qu’elles entraînent une perte de poids rapide et encourageante et que cette efficacité et cet encouragement génèrent du plaisir et de la motivation. Et cet état de contentement et de mobilisation induit aussitôt des pratiques facilitant la perte de poids. De même, les protéines sont longues à digérer et à assimiler, et par là même très rassasiantes. Ce qui évite la faim et la frustration et renforce la motivation nécessaire à la poursuite du régime. Le fait que les protéines soient hydrofuges, qu’elles s’opposent à la rétention d’eau, qu’elles
facilitent le drainage du corps et son dégontlement rapide génère du plaisir et renforce la motivation. Toute ma méthode, dans chacun de ses développements, traque et stimule le plaisir de maigrir et s’applique à contourner ou éviter le déplaisir et la frustration du régime, l’objectif étant de renforcer au maximum les comportements du maigrir. La vitesse de démarrage du régime et son efficacité, l’absence de faim liée à la liberté de quantités, sa structure en quatre phases, son encadrement, sa dimension plaisir par la multitude des recettes disponibles, les vertus du son d’avoine, sa saveur et sa consistance, l’activité physique ciblée sur la marche, le suivi encadré, quotidien et interactif sur Internet, la présence d’un médecin impliqué aux commandes, la priorité accordée à la stabilisation du poids obtenu, le calcul d’un Juste Poids scientifique qui fixe clairement un objectif avéré, la facilité d’établir seul et simplement la durée de la consolidation sur la base des 10 jours par kilo perdu, les deux repas de gala par semaine, les 3 mesures simples, concrètes et indolores assurant la stabilisation à vie du poids obtenu avec le Jeudi Protéine, le refus des ascenseurs et les 3 cuillers à soupe de son d’avoine : tous ces éléments de ma méthode s’enracinent dans des comportements vécus comme bénéfiques et peuvent ainsi plus facilement devenir des habitudes. C’est cela qui en explique le succès auprès de personnes ayant accumulé les échecs avec de simples objectifs de calories et de nutriments. Je vous l’ai déjà dit souvent, j’attends beaucoup de cette méthode. Je n’ai jamais imaginé en la construisant qu’elle provoquerait une telle adhésion. Avec le recul, je pense que c’est justement en développant ces comportements facilitants que les utilisateurs de mon système s’y attachent, s’y impliquent et réussissent mieux qu’auparavant.

Certains Mots Cls


proteine de soja texture et regime,plan hache au boeuf,content.

Vous aimerez aussi -