• background rays
Une portion de fruit par jour

Voilà l’occasion de parler de cet aliment que l’on considère volontiers comme le type même de l’aliment sain. C’est partiellement vrai dans la mesure où il s’agit d’un produit strictement naturel et dépourvu de toxicité. D’autre part, c’est une des meilleures sources connues de vitamine C et de carotène. Mais ces deux atouts sont mythifiés par deux
récentes préoccupations de la civilisation occidentale : le goût d’un retour inconditionnel au naturel, et la croyance aux vertus magiques des vitamines. Or, ce qui est naturel n’est pas systématiquement bénéfique, et les vitamines ne sont pas aussi indispensables que le prétend une certaine mode importée des États-Unis. En fait, les fruits représentent le seul aliment naturel qui contienne ce que les diabétologues appellent des sucres d’assimilation rapide. Tous les autres aliments qui nous en procurent sont des aliments conçus et élaborés par l’homme.

Le miel, par exemple est un aliment dérobé. C’est une sécrétion animale, une sorte de lait de croissance destiné aux seules abeilles immatures, et que l’on s’approprie pour le seul plaisir du palais. Le sucre raffiné, le sucre blanc, n’existe pas sous cette forme dans la nature. C’est un aliment artificiel extrait industriellement de la canne à sucre ou
chimiquement de la betterave. Le fruit lui-même à l’état sauvage est un aliment rare qui fut longtemps un simple gadget de table, une récompense colorée et gratifiante pour l’homme. Seule sa culture intensive et sélective peut nous donner aujourd’hui l’illusion d’un approvisionnement facile. Enfin, la plupart des fruits très sucrés comme l’orange, la banane, la mangue sont des aliments importés de régions très lointaines et exotiques et introduits fort récemment dans notre alimentation grâce aux progrès des moyens de transport, ce qui explique probablement les allergies parfois graves, certaines mortelles, à certains fruits exotiques (kiwi ou arachide).

En fait, le fruit n’est pas le prototype de l’aliment sain et naturel. Consommé en grandes quantités, il peut se révéler dangereux, en particulier chez le diabétique et, nous y sommes, chez le gros habitué à grignoter des fruits en dehors des repas. À la dose d’un fruit par jour, tous les fruits vous sont autorisés, à l’exception de la banane, du raisin, des cerises et des fruits secs (noix, noisettes, cacahuètes, amandes pistaches ou noix de cajou).

En ce qui concerne la notion de ration, c’est souvent l’unité pour les fruits de la taille d’une pomme, d’une poire, d’une orange, d’un pamplemousse, d’une pêche, d’un brugnon, d’une nectarine. Pour des fruits de plus petite ou de plus grande taille, c’est la ration habituelle, une coupe de fraise ou de framboise, une tranche de melon d’Espagne ou le demi-melon de Cavaillon ou la belle tranche de pastèque, deux kiwis ou deux beaux abricots ou une mangue de petite taille ou une demie grosse mangue. Tous ces fruits sont à vous à raison d’une ration par jour et non par repas.
Cependant, si vous avez le choix et que vos goûts vous y portent, sachez que votre meilleur fruit dans le cadre d’une stabilisation du poids est à mon sens classé par ordre de valeur décroissante dans la liste suivante : priorité à la pomme dont la richesse en pectine en fait un fruit bénéfique pour la ligne, la fraise et la framboise pour la faible valeur calorique conjuguée à l’aspect coloré et festif, le melon et la pastèque pour leur grande teneur en eau et leur
faible va eur énergétique à condition de s’en tenir à la portion, le pamplemousse et enfin le kiwi, la pêche et la poire, le brugnon, la nectarine et la mangue.

Certains Mots Cls


kinésiologie pour maigrir.

Vous aimerez aussi -